Méditation : la lampe et la météo

Voici 2 exercices de méditation

Lampe : source de lumière

En travaillant sur l’attention, la méditation permet de se connaître mieux, de mettre en évidence le rôle de ses pensées, de ses émotions et de son ego.

Imaginer que votre attention est comme une lampe torche ; grâce à elle, éclairez d’abord le parcours de l’air dans votre corps, puis de vos sensations corporelles, puis de vos pensées et/ou émotions. devenez le témoin de ce qui passe en vous et autour de vous.

http _www.hellopro.fr_images_produit-2_6_2_0_lampe-torche-portwest-19-led

Imaginez que l’énergie de cette lampe provient de vos sourires apaisés et des battements de votre coeur. Imaginez qu’en brillant ainsi, cette lampe éclaire avec bienveillance des zones brillantes comme plus sombres, sans faire de distinction.

 

La météo : ensemble des phénomènes atmosphériques, comme les nuages, la pluie,

ou l’ensoleillement.

Nous sommes traversés par des sentiments et des émotions qui changent d’un moment à l’autre, tout comme la météo. Apprendre à les accepter et les laisser aller est l’un des piliers de la méditation.

http _www.leparisien.fr_images_2017_07_10_7123140_meteo-est-am-lundi.PNG

Essayez de ressentir votre météo intérieure. Utiliser un terme un peu abstrait :il fait un beau ciel bleu dans mon esprit » ou « je sens qu’il pleut en moi » permet de qualifier ses états d’âme, ses humeurs, ce que l’on ressent, parfois mieux qu’avec un vocabulaire sophistiqué.

Essayez ensuite de rester aussi philosophe que la météo réelle : vous n’avez pas de prise sur les événements, sur vos émotions. Vous adaptez un peu votre programme selon le temps qu’il va faire

 

Extraits de « méditer avec petit bambou », la sérénité en un clin d’œil

Publicités

Pour que les petits garçons puissent être et aimer ce qu’ils veulent, sans qu’on les emmerde (version 4)

Maman, rodarde !

Depuis qu’il est tout petit, mon fils aime se vernir les ongles de temps à autres.
Mais plus il a grandi, et plus il a commencé à être sensible aux remarques qu’il pouvait recevoir. Je me souviens par exemple l’avoir vu au parc, les mains recroquevillées pour cacher ses ongles vernis, de peur que les enfants se moquent et ne veuillent plus jouer avec lui. Ça m’a retourné le ventre de sentir que mon fils n’osait pas laisser libre cours à ses envies ou sa personnalité à cause du regard des autres.
Capture d_écran 2017-09-08 à 00.38.41

A la fin des vacances d’été, Piou a de nouveau manifesté l’envie de porter du vernis. Auprès des enfants de mes amis, qui les élèvent selon des principes très tolérants, aucun problème. Par contre, dès que nous sommes sortis de notre petit cercle protégé, ça s’est révélé être une autre paire de manches…
Au parc, Piou a essuyé…

Voir l’article original 481 mots de plus